Histoires de Dollz

Ici sont regroupées les histoires que j'écris sur OMD et d'autres qui me viennent en tête.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Envers et contre tout

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gothikadoll
Admin
avatar

Messages : 646
Date d'inscription : 07/02/2014
Age : 25

MessageSujet: Envers et contre tout   Dim 6 Mar - 17:27

Londres. Une ville bâtie par des créatures qui ne vivent plus dans ce monde, une ville autrefois grise et morte, abandonnée comme le reste de ce monde par les créatures bipèdes qui y habitaient. Comme d'autres créatures, j'avais quitté le monde de Gothicat après une énième catastrophe causée par Maléfix, enfin, catastrophe, il avait créé un portail permettant de voyager entre les mondes donc ça aurait pu être une catastrophe. Au lieu de ça, quelques créatures avaient été envoyées de l'autre côté, revenant avec des étoiles plein les yeux en nous parlant d'un autre monde qu'on pouvait coloniser. Ou en tous cas c'est ce que m'avaient raconté mes parents quand je leur ai demandé comment et pourquoi nous avions déménagé ici. J'étais tellement jeune quand nous avons passé ce portail, je tenais à peine sur mes quatre petites pattes.

Désormais je suis grande, une charmante destrinos élevée dans la bienséance et la délicatesse. Je me dois de bien me présenter en société, car malgré le fait que ce monde ne soit pas originellement le nôtre, nous y avons importé nos propres castes, tout comme « les humains » avaient apparemment avant sur ces terres. Mes parents ne sont pas les mieux lotis mais il n'empêche que je suis quand même d'une famille aisée, et leur rôle d'ambassadeurs auprès des créatures restées sur Gothicat leur donne une étiquette particulière dans les soirées mondaines. Je hais ces soirées, je dois passer mon temps à courber l'échine, à me tenir droite, à faire attention à comment je marche, comment je mange, comment je parle, comment je dis bonjour ou au revoir. Je dois faire bonne impression pour que mes parents restent dans les petits papiers des créatures les plus aisées et de ce fait je suis obligée de prendre des leçons que je juge inutiles. J'ai un caractère bien trempé, ce qui ne plaît pas  à tout le monde, et ma mère tâche de m'apprendre à le camoufler lors de ces soirées. Sachant que je préfère poser des questions sur ce monde aux créatures qui sont chargées de le visiter, ce n'est pas chose aisée que de m'apprendre à parler potins et ragots avec les minettes de la haute, et pour tenter de me trouver un mâle, je souhaite bon courage à mes parents pour le moment.

Une nuit, j'étais en train de lire un des livres que j'avais trouvé dans la bibliothèque de la maison que mes parents avaient investie. Un livre sur le pays voisinant celui dans lequel nous avions encore ce lien vers Gothicat. Ce pays nommé « France » avait l'air tellement intéressant que j'avais eu dans l'idée de le visiter un jour. Mais pour cela il fallait déjà que je prouve que j'étais capable de me débrouiller et de vivre ma vie. Alors j'attendis le lendemain pour en parler à mes parents. La réponse ne se fit pas attendre, une destrinos comme moi n'avait pas à voyager de pays en pays, j'avais un rôle dans cette famille, un rôle important à les croire. Mais ce rôle je n'en voulais pas. Alors le soir même, avec l'aide d'un stoufix qui travaillait pour nous, j'ai écrit une lettre à mes parents, leur disant de ne pas s'inquiéter pour moi, et ai échangé ma robe de bourgeoise contre des habits simples de garçon des rues. Et à partir de là tout s'est enchaîné rapidement. Les autres employés m'ont donné vivres et couvertures pour mon « petit voyage », et le fils du stoufix m'a menée chez lui, au dessus d'une « bibliothèque municipale ». Le jeune stoufix m'expliqua que c'était un endroit public ou tous les humains pouvaient venir lire, qu'ils soient riches ou non. C'était juste parfait, l'endroit idéal pour commencer mon aventure. Mais déjà il me fallait dormir et réfléchir par où aller ensuite. Je ne pouvais tout simplement pas partir pour « France » dès le lendemain, et c'est en me faisant une liste mentale de tous les livres à lire que je m'endormis chez mon hôte de fortune.

Le lendemain, le voyage n'était pas non plus au programme. Pour commencer, mon nouvel ami voulait me montrer Londres
« Quitte à entamer un voyage autant commencer par chez toi. »
J'étais déçue, je n'allais pas le cacher, mais rien n'y faisait, il ne voulait pas me laisser partir pour France et nous commençâmes notre périple dans la ville de Londres. Habillée comme un mâle de la classe moyenne, je parcourrais donc les rues de la ville en compagnie de mon nouvel ami. Le stoufix ne tarda pas à m'emmener dans des rues que je n'aurais jamais osé visiter, me guidant jusqu'à une taverne en manque de personnel

« Hey Mindy. Tu cherchais un garçon de café ? »

« Je vois que tu m'as trouvé du monde. Un ami à toi ? »

« Yup. Tu penses pouvoir lui donner le job ? Il en a besoin. »

Depuis quand était-je censée travailler en tant que café ? Je n'était pas une servante. Et le sourire de la lunaris ne me disait rien qui vaille, comme si elle sondait mon âme avant de donner son accord et de me faire suivre dans l'arrière boutique

« Je vais pas obliger un destrinos à monter à l'étage, tu te casserais une patte. Tu vas crécher dans cette chambre le temps de ton apprentissage de la vie jolie minette. C'est quoi ton nom ? »

- Minette ?

« Ouai, minette. T'es pas un gars ça se sent. Et t'es pas non plus dans le besoin ça se sent aussi. Une semaine à apprendre la vie, si tu tiens je te file un coup de patte pour ce voyage que tu veux faire. »

- Comment vous...

« Grandes oreilles et des amis. T'inquiètes, ton secret est sauf entre mes pattes. Mais j'irais pas plus mollo avec toi qu'avec un gamin des rues princesse. C'est quoi ton nom ? »

- Minorah madame.

« Ben tu t'appelleras Mino c'est parfait. Allez prépares toi. Le loustic reste aussi, il travaille ici déjà, vous ferez un bon duo si tu tiens la cadence. »

Un peu sur l'arrière train, je laissai la lunaris repartir et décidai de donner un soupçon de crédit à cette mascarade en enfilant l'habit qu'elle m'avait laissé. Mais le commencement ne fut pas si simple et c'est à un demi tour dans la chambre auquel j'eus droit avant même de pouvoir entrer en salle où j'étais censée travailler. Avant même que j'eus le temps de réaliser ce qui m'arrivait, mon ami stoufix et un jeune flamiris étaient en train de me tondre la crinière pour lui « donner un côté plus masculin » et ils ne firent pas que ça. Après avoir sali mon poil, écourté mon crin, abîmé mes sabots et terni mon teint, ces deux là étaient fiers. Moi, j'étais juste tombée dans l'horreur devant le miroir que le flamiris me tenait devant les yeux

« Hey Benny, je crois qu'on y est allés un peu fort sur ta princesse. »

« Mais nan. Elle ira bien. On entre en scène Mino ? »

Pas comme si j'avais le choix..... Encore sous le choc, je suivis les deux comparses pour commencer mon travail. Benny qui prenait les commandes en volant de tables en tables, Nuts qui préparait et servait les plateaux de boissons, et moi qui..... servait de monture à Nuts pour tout dire. Quelle journée exténuante...

Le lendemain fut encore pire. Levée aux aurores pour aller faire le marché avec Nuts, je n'avais même pas pu prendre de petit déjeuner qu'il fallait déjà préparer la taverne pour la journée, et quand Mindy dit journée, c'est la journée entière non-stop. Comment le bas peuple pouvait-il vivre ainsi et sourire quand même ? J'eus ma réponse au bout de trois jours de dur labeur. Cette vie leur suffisait, largement, Mindy ne rêvait pas de luxe et de voyages au bout du monde, Benny était costumier et se contentait largement de voir son œuvre illuminer le regard des autres ou réussir à les tromper, Nuts avait plus d'amis fidèles que je ne pouvait en compter à mes côtés. Cette vie leur suffisait et mieux encore, ils n'avaient que les obligations qu'ils s'étaient choisies. Finalement la semaine se finit avec le sourire pour moi aussi, une fois que j'eus compris que j'avais reçu uniquement ce que j'avais demandé ce fut bien plus simple pour moi et pour tout le monde aussi. Mais avec la fin de la semaine sonnait aussi le retour chez mes parents, et l'obligation de leur raconter ce qui s'était passé. Nuts et son père les avait rassuré sur le fait que j'allais bien mais le pauvre stoufix s'était fait renvoyé rapidement quand ils comprirent que je lui devais mon départ.
De retour chez moi, j'étais bien plus indépendante et entreprenante, ce que je ne pensais pas possible en une seule semaine, et la confrontation avec mes parents fut brusque mais claire. Mon père me donna alors un défi à relever, suite à quoi il m'aiderait dans mes rêves de voyage, et ce défi ne fut pas des moindres puisque je devais aider à remettre sur pieds un comptoir de commerce. Rendant ainsi de nouveau ce monde attirant pour les membres de nos espèces restées de l'autre côté du portail. Restée bouche bée devant ce défi, je laissai mon père se retirer en compagnie de ma mère. J'avais demandé de l'indépendance, pas une entreprise en train de couler. Dépitée, énervée et attristée, je reparti de la maison pour trouver refuge à la taverne de Mindy qui m'écouta pleurer ma soirée. Quand j'eus fini, je fus presque choquée de la voir sourire
« On va le relever ce défi. Londres est grise et nuageuse mais hey. Renarhim est noire et froide et pourtant on y vivait bien. Allez, oydi ma belle ! On a du travail. »
Du travail, c'était peu de le dire, mais avec l'aide de la petite troupe de Mindy et de gamins des quartiers ou autres artisans qu'ils connaissaient, le comptoir n'était sans doute pas plus efficace mais au moins il avait meilleure mine. Prenant la tête des opérations assez rapidement, après tout je savais ce qui plairait à la haute et c'était elle qu'il fallait attirer en priorité pour faire rentrer des floryns, je dirigeais les opérations et campagnes de pub pour que ce comptoir attire à nouveau du monde. Les gamins se révélaient particulièrement efficaces en crieurs des rues et pour faire passer le mot aux villes avoisinantes, et l'aide des commerçants et du déménagement de la taverne de Mindy dans le comptoir fut précieuse. Il nous fallut quelques longues semaines pour avoir un début de clientèle, mais le bouche à oreille fonctionnait doucement et à la visite de mes parents le comptoir était sur pieds et marchait plutôt bien. Ce bon fonctionnement entre petites entreprises et marchants de luxe avait surprit mon père au départ, mais pour une fois de façon positive et alors qu'il me demandait ce que je comptais faire lors de mon voyage, je lui répondis avec un sourire
« Continuer de montrer au monde que nous pouvons être unis envers et contre tout. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires.forumactif.org
 
Envers et contre tout
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Contre tout chacal ...
» 2000 pts UltraKlassik ( contre tout quand on sait pas quoi s'attendre)
» Pourquoi, je pense envers et contre tous, que Dagobert est un border Collie.
» Récits mineurs de Louise May Alcott, adaptations libres
» 1500 points liste contre tout et n'importe quoi (je débute)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires de Dollz :: Les Histoires :: Histoires courtes-
Sauter vers: