Histoires de Dollz

Ici sont regroupées les histoires que j'écris sur OMD et d'autres qui me viennent en tête.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ♠ Arthur et Silvia ♠

Aller en bas 
AuteurMessage
Gothikadoll
Admin
avatar

Messages : 687
Date d'inscription : 07/02/2014
Age : 26

MessageSujet: ♠ Arthur et Silvia ♠   Ven 7 Fév - 21:13

Enfin un peu de calme après toutes ces prises de tête. Mélisandre ne m'a pas appelée depuis un moment c'est que sans doute elle doit discuter avec Virginie de ce qu'on s'est dit pendant notre balade au bord de la rivière (j'espère juste qu'elle ne lui mentionnera pas ma passion pour les armes blanches elle est déjà morte de trouille). En tout cas j'espère ne pas avoir à re-subir ce genre d'interrogatoire.

Comme pour combler le vide que font Jérem', Virginie et maintenant aussi Mélisandre (qui me fait la tronche depuis notre ballade apparemment) Arthur et Silvia se sont ajoutés à notre groupe de potes. Pas que ça me pose problème d'avoir des gens à qui parler le midi mais... comment dire ? Entre eux c'est plus que fusionnel. Si bien qu'au final ils sont dans leur bulle à s'embrasser, à se papouiller pendant que le reste du groupe parle d'autre chose (niveau intégration il y a mieux, mais je pourrais avoir une surprise pour vous deux) . Virginie n'est toujours pas sortie de sa chambre et quand j'essaie d'aller la voir c'est crise de hurlements paranoïaques. Même sa mère est dépassée et pourtant elles est psy, j'ai eu l'occasion de discuter un peu avec elle avant que sa fille ne se mette à lui hurler que je suis une dangereuse psychopathe et que j'ai tué Jérem' et Mélisandre. Depuis je me demande tout de même si le fait que Mélisandre ne vienne plus en classe est réellement lié à une chose qu'elle a mal prise ou si c'est autre chose.

Retour en classe après plus d'une semaine sans nouvelle de Mélisandre. Tout le monde commence à s'inquiéter (sauf nos deux tourtereaux) et au final tout le monde apprend la nouvelle de la même façon. Deux flics on fait irruption dans l'amphi en compagnie du président de la fac et ont demandé à voir les proches de la disparue. Après une semaine ils pensent très fortement à la possibilité de la retrouver morte malheureusement et ont donc lancé une enquête dans cette direction.

Comme je suis la dernière à avoir vu Mélisandre je ne coupe bien sûr pas à l'interrogatoire. Au moins le flic est sympa et sa collègue l'est tout autant (apparemment ils ne soupçonnent personne) c'est l'homme qui mène la barque :

- Amélie c'est ça ? commence-t-il, selon tes camarades tu aurais vu Mélisandre la dernière en sortant des cours c'est bien ça ?

- Heu oui, répondis-je, en sortant de l'amphi on est allées chez elles puis on est allées se balader pour parler un peu.

- Et parler de quoi si ce n'est pas indiscret ? releva sa collègue

- Et bien de tout, de rien..... c'était il y a plus d'une semaine donc pardonnez moi si j'ai du mal à me souvenir. Oh on a parlé de Virginie aussi Mélisandre s'inquiétait pour elle vu qu'elle ne sort plus de chez elle depuis un moment déjà.

- Vous savez pourquoi exactement ? repris le flic

- Pas exactement non. C'est bizarre en fait mais je crois qu'elle est entre la paranoïa et la jalousie. Elle est persuadée que c'est moi qui.......

- Qui ? demanda le policier

Après un moment à reprendre mon souffle je finis par répondre

- Qui ai tué Jérem'.

Les deux flics se regardèrent puis la femme me demanda

- Mais c'est faux n'est-ce pas ?

Puis elle vis que j'étais au bord de la nausée et enchaîna sur un air de pardon

- Ho j'avais oublié c'est vous qui avez découvert le corps c'est ça ?

- Oui, soufflais-je, moi et Mélisandre on a trouvé Jérem et on a, enfin j'ai, appelé vos services.

Encore une fois ils se regardèrent l'air de réfléchir (avec le même cerveau)

- Tu penses que... commença-t-il

- C'est pas impossible mais sachant qu'elles n'ont vu personne ça me parait bizarre quand même.

- Tu sais avec ce genre de détraqués on ne sais jamais

(qui viens-tu de traiter de détraqué ?)

Ils finissent par se lever en me disant qu'ils voudraient bientôt me revoir. Je leur file mon emploi du temps (aussi bordélique qu'il soit) et eux me donnent un numéro pour les joindre directement en cas de pépin.

Ne sachant pas quoi faire avant ma séance de ciné avec les amoureux (j'adore tenir la chandelle, tu veux pas faire autre chose ma belle ?) je décide de retourner au bord de la rivière où on s'est baladées avec Mélisandre. Décidément elle est vraiment crade cette rivière, des sacs, des godasses, des cartons, des bouteilles..... de quoi rendre malade un requin tigre. Plus dégoûtée que relaxée je retourne rapidement en ville, sur le lieu du rendez-vous se trouvent déjà Arthur et Silvia (en une seule et même silhouette) et je ne sais même pas ce qu'on va voir comme film.

En définitive film à l'eau de rose et 6€ gaspillés dans un moment pourri (je compte pas les pop-corn). On remettra ça qu'ils ont dit, ben voyons comme si j'avais passé un super après midi. Bon il me reste du temps à flâner avant de devoir rentrer.... où aller ?

Pendant qu'elle se demande prenons la relève

espérons que ces idiots seront bons élèves

Cours de travaux pratique

je m'en vais faire ma foi

un joli petit siamois

ça me semble fort sympathique.

Bien que me faut-il ? colle, planches et clous.

Mais je peux trouver ça où ?

Un endroit où nous sommes inconnues

où ça risque de tourner court

essayons par cette rue

si la destination vaut le détour.

Une école de menuiserie ?

donc le destin veut rire aussi.

Voyons si nous pouvons leur emprunter

quelques outils pour s'occuper.


- Bonjours mademoiselle.

- Bonjour très cher

j'aurais une demande à vous faire.


- Dites-moi je serai ravi de vous aider.

- Il me faudrait quelques outils

pour pouvoir faire un petit nid

j'ai deux inséparables

mais les garder en cage serait regrettable.


- mmmh de quoi faire un nichoir en somme. Vous savez vous servir de vos mains ma mignonne ?

(pour quoi me prend-il cet imbécile ?)

- Bien sur ça ne serait pas la première fois

que je me sali les bras.


- Ok si vous pouvez vous débrouiller alors. Hey Rémi viens voir.

- Oui qu'est-ce qu...... ho bonjour miss

(juste un sourire te suffira)

- Dis Rémy tu pourrais donner des planches, des clous et un pistolet à colle à cette demoiselle. Elle veut faire un nichoir.

- Ok pas de problème Jeff. Suivez moi que je vous donne ce qu'il vous faut.

Bon tout cela est lourd

mais ça vaut le détour

maintenant il faut rentrer

sans trop se faire remarquer.

Il m'a donné du rab pas plus mal

ça pourra toujours servir

si les choses tournent mal

de babiole pour divertir....


- Hey 'Mel qu'est-ce que tu fais là ?

(scheisse)

- Bonsoir Thibault.


- Besoin d'un coup de main ? ça a l'air lourd.

- C'est bon Thibault ça ira

je rentre juste chez moi.

Ce n'est pas loin

je m'en sortirai bien.


- Laisse moi t'aider au moins pour les planches tu vas te casser le dos.

(vu que je n'ai pas le choix. les planches sont à toi)

- Merci Thibault maintenant viens

ma maison n'est pas loin.


- Okédac chef.

Bien maintenant rentrer sans pour autant

tomber sur les parents.

Vu que les deux voitures sont là

je perds encore cette fois.


- Amélie tu es rentrée ? Ho tu as un ami avec toi ?

- Bonjour enfin bonsoir madame j'aide juste 'Mel avec ses planches et ....

- On va bientôt manger restes donc. Amélie qu'est-ce que c'est que ça ?

(bon comme les deux sembles être là)

- Juste un travail manuel que j'avais en tête

je n'ai pas faim pour le moment

je pose ça pour pas que ça embête

notre ami ici présent.

Je pense aller me coucher tôt

je suis lasse de ce fardeau.


- Heu bien Amélie. On te garde de quoi manger plus tard si tu as faim..... dans .... dans la soirée. Allez donc poser ça et reposes-toi bien mon ange.

- Oui ta mère a raison si tu penses que c'est mieux vas donc dormir un peu. En revanche hum...

- Thibault oui pardon si je ne me présente pas.... Je vais poser ça avec 'Mel et ma foi si vous m'invitez j'accepte avec plaisir.

Thibault en bas avec les géniteurs

bah au moins il n'y aura pas de gêneur

Il a posé ça là ?

laissons-en deux ou trois

le reste restera caché

il me faut de quoi noter.

Voilà le pense-bête miraculeux

demain tout ira pour le mieux.


Oula réveil chelou dans ma chambre. Pas que ça soit la première fois que je me réveille après une micro sieste avec un blanc. Bon une note sur la table de chevet c'est déjà ça au moins j'y ai pensé.

Planches pour nichoir sous le lit → penser à remercier Thibault

Si parents fini dîner repas dans frigo.

Bon ok c'est cool plus qu'à descendre manger en somme. Apparemment ils en sont au dessert, ma sieste aura vraiment été courte.

- Ma chérie déjà réveillée ?

Ma mère semble inquiète.... pour changer.

- Ouai apparemment par contre j'ai pas super faim donc je pense que je vais juste prendre le dessert avec vous. Thibault est parti ?

- Nan Mel je suis juste passé par tes toilettes.

- Ha t'es là. Merci pour les planches au fait. Je sais pas si j'ai eu le temps de te le dire avant de m'effondrer.

- Haha y'a pas de soucis ma belle. Bon ben je vais me rentrer je pense. Monsieur, madame, à demain Mel.

- Ciao Thibault.

Voir Thibault en cours ça fait du bien. Par contre les amoureux commencent à me taper sur le système. NON je ne me joindrai pas à vous cette fois pour une séance ciné. Ce mal de crâne tombe à pic vu que je suis au bord du vomissement et donc verdâtre ils me foutent la paix et je peux rentrer chez moi.

Ma mère ne bossant pas le vendredi aprem je tombe évidemment dessus et évidemment encore elle est au courant de ma vie.

- Amélie ? je croyais que tu devais aller au cinéma avec des amis.

- Ouai mais plus tard de toute façon me sens pas bien là, lui répondis-je sur un ton plus sec que prévu, vais m'allonger un moment. Si on appelle je suis pas là ok ?

- Mmh mh

Même pas elle écoute j'y crois pas.

(Moi ça m'arrange, allons voir nos deux anges)

Je commence à bouquiner pour passer le temps. Allongée sur le ventre moi sur le lit, le livre par terre mes yeux commencent à se fermer tous seuls.

Amélie ? chérie ? t'es tu assoupie ?

mmh encore cette voix ? tais toi laisse moi dormir

veux tu que je chante pour toi ? j'ai une très jolie voix.

si tu veux mais pas un truc nian ou bruyant que je puisse pioncer.

bien ma chérie, écoute ce que voici :

♪♫ Lay down your head

And I'll sing you a lullaby
Back to the years
Of loo-li,lai-ley
And I'll sing you to sleep
And I'll sing you tomorrow
Bless you with love
For the road that you go

May you sail fair
To the far fields of fortune
With diamonds and pearls
At your head and your feet
And may you need never
To banish misfortune
May you find kindness
In all that you meet

May there always be angels
To watch over you
To guide you each step of the way
To guard you and keep you
Safe from all harm
Loo-li,loo-li,lai-ley

May you bring love
And may you bring happiness
Be loved in return
To the end your days
Now fall of to sleep
I'm not meaning to keep you
I'll just sit for awhile
And sing
Loo-li,lai-ley

May there always be angels
To watch over you
To guide you each step of the way
To guard you and keep you
Safe from all harm
Loo-li,loo-li,lai-ley
Loo-li,loo-li,lai-ley ♫♪




Ce magnifique chant

te relaxera quelques temps.

Bien passons à la suite

ces deux inséparables

que cette ville abrite

et qui lui sapent le moral.

Même si certains me trouveraient affreuse

je n'aime pas la voir malheureuse.

Récupérons les planches, la colle et les clous

Ils vont voir les bout'choux.

Rendez vous 20h devant le ciné

19h30 déjà mieux vaut pas traîner.

Mélisandre gardera les outils

malgré son absence de vie.

20h15 me voilà en retard

même si la séance est dans trente minutes

les tourtereaux ont un regard

qui m'encourage dans ma lutte.


- Mel t'es en retard bon sang on avait dit qu'on mangerait avant.

- Je ne devais pas venir à la base....

- Ouai ben en attendant on va devoir se grouiller pour prendre les places et trouver à grailler.

(Comment fait-elle pour supporter ça ?)

- Arthur calme toi mon ange. C'est pas bien grave on aura plus de place pour les pop-corn. Et puis on a une bonne nouvelle à annoncer donc pas de mauvaises humeurs.

- Ouai c'est vrai. Hey Mel tu sais quoi ?

- Pas encore mais je ne vais pas tarder.

Cesse de m'appeler Mel s'il te plaît


- Ho la rabats joie. Enfin bref Sil' et moi on va se marier bientôt.

- En voilà une nouvelle qu'elle est belle.

Allons déjà à notre séance

je paierai ensuite les réjouissances.


- Sérieux ? c'est gentil de ta part Amélie.

Deux heures de souffrance

deux heures de patience.

Après le romantisme place à l'horreur

et cette poulette qui crie de terreur.

Ils ne donnent pas de boules Quies à l'entrée

mais ça m'aurait bien aidée

tant contre cette parodie de peur

que pour ce film d'amateur.

Ma puce a de bien meilleurs goûts

que ces misérables touche-à-tout.

Vient enfin le générique final

sortons vite de cette fichu salle.


- Hé ben Mel t'as eu la trouille toi aussi ?

- Je ne pense pas avoir connu pire dans ma vie.

Oublions ça et suivez moi

que je vous mène dans un charmant endroit.


- Ok passe devant.

La rivière n'est pas le plus charmant des endroits

mais au moins c'est plus court par là.

Voici la cabane où Mélisandre réside

en revanche le sol est bien humide

espérons que les planches n'aient pas trop souffert

de cette lente entrée dans l'hiver.

La suite fut rapide pour eux

Silvia s'est évanouie entre nous deux

Arthur n'a pas pu réagir

que je l'assommais sans prévenir.

Bien maintenant un dilemme se pose

dans quel sens je les dispose ?

Eux qui sont toujours ventre à ventre

la langue de l'un dans la bouche de l'autre...

mais voilà une idée qui est bien nôtre

bouche-à-bouche mielleux et clou en son centre.

Mais déjà attachons ces deux rats.

Lui d'abord et elle ensuite

elle ne risque pas de se réveiller vite.

Cette grande planche là fera l'affaire

mettons lui des liens qu'il ne pourra défaire.

Il ne faudrait pas que la colle brûlante

le réveille avant l'heure

je risquerait une clameur

pour le moins déroutante.

On va quand même essayer

en préparant la planche

sa pauvre dulcinée

est encore toute blanche.

Colle chaude sur peau froide

ou plutôt sous peau froide

voilà un son qui n'est pas désagréable.

La belle est réveillée aussi

rendons son séjour plus gérable.

- Bonjour mon amie

tu as bien dormi ?


- Amélie ? Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi chui attachée ? Pourquoi ça sent le cramé ? On est où et qu'est ce qu'on fait là ?

- Mon dieu une question à la fois

je pense que ça ira.

Pour répondre à la première

qui bien sûr n'est pas mon nom

tu es ma prisonnière

et tu vas quêter pardon.

J'ai par là répondu sûrement

à ton deuxième questionnement.

Pour répondre aux deux dernier

le dos d'Arthur a brûlé

et je compte bien vous tuer.


- Nous ....... quoi ? Mais Amélie qu'est-ce qui t'arrive ? On t'a fait quoi ?

- À moi personnellement rien

et vous êtes de bon citoyens

mais votre attitude collée-serrée

fait du mal à ma protégée.....


- Et c'est qui ta protégée Mel ?! Espèce de tarée psychopathe tu m'a collé à ce morceau de bois au sens propre !! Qu'y a-t-il de mal à s'aimer et à le montrer un peu ?!!

- Si ça n'était qu'un peu

il n'y aurait pas soucis

là vous ne faites preuve

d'aucune empathie.

passons au aveux

avant votre épreuve.

Amélie aimait plus que beaucoup

ce jeune don Juan qui se fichait de tout,

peu après sa mort vous êtes arrivés

et votre amour dégoulinant avez gerbé.

Amélie s'est donc fait un parallèle

entre votre vie et sa vie à elle.

Plus elle vous voyait

plus elle déprimait

et vous continuiez

sans même vous soucier.

Vivre son amour est merveilleux

mais le faire subir est bien malheureux.

Donc vous disparaîtrez

ensemble comme vous l'étiez

aux côté d'une amie

qui de mort vous envie.


- D'une amie ? comment çaaaaAAAAHH !!

- Sil' ? Chérie qu'est ce qu'il y a ?

- Derrière toi !! mon dieu c'est Mélisandre !!!

- Ce qu'il en reste en effet.

- Comment ça "ce qu'il en reste" ?? Tu lui as fait quoi Mel ?!

- Veux-tu savoir ce que j'ai fait ?

je lui ai arraché la langue

avant de l'ouvrir comme une mangue


- TU AS QUOI ?!!

-Tu as bien entendu

tout cri est superflu

Nul ne peut entendre de là

et ne tire pas sur tes bras.


- ET POURQUOI SI TU PERMETS ?!

- Tu vas t'arracher la peau

je ne voudrais pas

avoir à coller tes os

je suppose que tu vois pourquoi.


Rapprocher les deux amoureux

fut fait en moins de deux.

Reste à déchirer les habits

et disposer les bons-amis.

Pour commencer clouer l'hystérique

l'autre étant calmé depuis ma pique,

bien voilà  du bon travail

y'a plus que l'autre dinde qui braille.

- Allons embrassez-vous

vous allez vous marier après tout.


- N'ai crainte Silvia elle le fera pas je suis sûr. Embrasse moi et que ce cauchemars finisse.

- D'ac.... d'accord.

Comme prévu ils sont si choux

sortons vite le dernier clou

joue-langue-langue-joue

même pas un seul à-coup.

Laissons les se vider

il est temps de rentrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires.forumactif.org
 
♠ Arthur et Silvia ♠
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arthur Rimbaud.
» Arthur Upfield (1890 - 1964)
» Silvia chez Elektro
» montage photo le roi ARTHUR
» Memoires d'une Geisha de Arthur Golden

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires de Dollz :: Les Histoires :: Histoire d'Amélie (folle-schizo)-
Sauter vers: