Histoires de Dollz

Ici sont regroupées les histoires que j'écris sur OMD et d'autres qui me viennent en tête.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ♠ Une lueur dans les ténèbres ♠

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gothikadoll
Admin
avatar

Messages : 648
Date d'inscription : 07/02/2014
Age : 25

MessageSujet: ♠ Une lueur dans les ténèbres ♠   Mer 16 Juil - 19:23

Un jour, deux jours, trois jours, quatre jours..... Je les compte en griffant mes sangles, vu qu'ils ne peuvent pas me les changer contrairement aux draps et au matelas. Ils profitent de mes voyages aux douches pour le faire, alors que moi, bourrée de calmants allez savoir pourquoi je me fais examinée physiquement comme un singe. Bizarrement les calmants ne sont pas assez puissants pour m'empêcher d'analyser clairement la situation, mais alors niveau réponse physique.... J'ai l'impression que mon corps tend une pancarte "ne pas déranger" à mon cerveau.
Scan, IRM, test de Rorschach, dessins et écriture libre, tous les tests y passent. Ils sont obligés de lâcher les calmants et les sangles pour ces tests ce qui me remplit de joie, enfin façon de parler. Pour toute la joie qui dégageait de moi dans cet endroit après avoir été sanglée pendant près de 4 jours. Gros point positif la dose des calmants a fini par baisser au fur et à mesure que je remettais ma coquille autour de moi, m'enfermant un peu plus avec mon autre moi.
Mes parents me rendent enfin visite au bout de 8 jours, je ne mentionne même pas Thibault avec mon père c'est même pas la peine d'y penser, mais rien qu'à me répéter son nom je sens des larmes couler le long de mes joues. J'en peut plus de cet endroit, je veux rentrer, je veux le revoir, me blottir contre lui et rester là à ne rien faire, rien d'autre que de sentir sa main contre mon dos, monter, descendre, remonter, redescendre. Je n'écoute même pas ce que mes parents et le doc se disent, je ferme les yeux et repense à ces moments, ces merveilleux moments où enfin je me sentais entière. Je sens que je perds pieds, je le sais très bien que je m'enferme dans ma propre tête, mais sinon comment tenir ce cauchemar ?

- Pourrais-je sortir bientôt ?

on a fait beaucoup de boulot

pourquoi je dois rester enfermée ?

Je ne suis pas un danger

qu'on doit garder en cage

pour éviter un carnage.


Je veux juste sortir, voir la lumière c'est trop demander ?

- Amélie, tant que nous ne seront pas fixés sur ta pathologie nous ne pouvons nous permettre de te laisser le champs libre. Tu es un danger pour toi et pour les autres. J'ai fait venir un nouvel infirmier, en espérant que tu ne lui fasse rien à celui-ci.

Un nouvel infirmier ? Ne rien lui faire ? J'y peut rien moi c'est un réflexe de me débattre quand on me prend pour une tarée à sangler au mur et au lit. Je me tais donc puisque ça ne sert à rien, j'attends de voir qui va s'occuper de moi alors que mes parents remercient le doc, ce tortionnaire, en dehors de la salle. Je relève un peu la tête quand j'entends la porte de derrière moi s'ouvrir et quelqu'un marmonner dans sa barbe

- Swann, Swann Swann, pourquoi ça me parle ? Pourquoi...... Amélie ?!!

Et allez un qui est surpris de me voir ici, c'est étonnant ça.

- Amélie, c'est moi. Bon sang dans quel état ils t'ont encore mise ? Regarde moi regarde moi

Quoi ? De quoi il me parle lui ? D'où il me connait ? C'est la première fois que je suis dans ce centre.

- To...bias ?

- Oui c'est moi la miss.

7 ans que je ne l'avais pas vu et il se souvenait de moi. Un regard et il brise cette nouvelle coquille que je m'étais faite. Sans vraiment avoir le temps de réfléchir plus que ça je m'effondre dans ses bras et pleure cette fichue semaine.

- Fais moi sortir, j'en peut plus, j'en ai marre, je.... je.....

- Shhhtt, ça va aller.

- Non ça ne va pas

elle ne peut pas......

Cet endroit la tuera

je ne pourrai rien pour ça.


- Am.... ne me dis pas que....

- Pas ici, pas maintenant

pas devant ses parents.


Tobias me remis sur mes pieds avec l'aide de mon autre moi. J'avais pas vraiment envie de me lever mais c'est pas comme si j'avais le choix. Tobias me lance un regard des plus interrogateur auquel je réponds avec un léger sourire. Le doc rentre à nouveau avec des directives à donner cette fois, soulevant un sourcil en nous voyant l'un contre l'autre. Sans un mot il donna les dites directives à mon infirmier et ordonna qu'il me remette dans ma chambre. Le retour dans la piaule matelassée fut vite fait, le reste des directives en revanche ont fini à la poubelle sous mon regard un peu perdu.

- T'as pas besoin d'être surmédicamentée. Raconte moi tout, je veux savoir ce que j'ai loupé.

J'ai dégluti avec difficulté avant de prendre une grande inspiration et de tout lui dire. Mes années après mon BAC, ce qu'il avait raté de avant, ce qui s'était passé après, la solitude, les déménagements à répétition, les différentes fac. Puis plus précisément cette fac, le groupe qui s'était formé depuis le début de l'année, Jérémy, Mélisandre, Silvia, Arthur, Virginie, Josh essayant de terminer sur une note plus gaie en parlant de Sally, le retour de Fred qui est bientôt marié, le soutien des flics pendant les épreuves des diverses morts et Thibault, Thibault, fidèle prince charmant duquel je n'ai aucune nouvelle depuis des jours et qui n'en a pas en retour, Thibault qui a su voir une solution dans ma mer de problèmes, Thibault qui m'a tendu la main et qui a pris des coups pour me venir en aide.

- Tu l'aimes toi ça s'entend.

- C'est peu de le dire.

- Tu sais si tu me raconte aussi les détails que tu as bien volontiers omis je peux faire le messager entre lui et toi. Il doit se faire un sang d'encre de ne pas savoir où te chercher depuis plus d'une semaine.

- Dire quoi au juste ?

- Amélie, tu me caches un truc. On n'attire pas la mort comme ça, il y a un truc qui sonne bizarrement dans ton histoire et ça a toujours sonné comme ça depuis que je te connais.

Qui sonne bizarrement

Non ? Vraiment ?

- Je me suis souvent demandé

Pourquoi t'évincer ?

Ses parents, nos parents, son bien fous

de vouloir vous tenir en joue.

Tant Thibault que toi mon grand

vous avez prêté serment.


- Serment ? De quoi ? D'être là ? C'est bien la moindre des choses, et puis c'est aussi mon boulot non ? Mais qui tu es ? Tu n'est pas Amélie, pas la même du moins.

- Ils cherchent une shizophrène

et sont là bien en peine.


- Dédoublement de personnalité. Comment c'est possible à ce point.... Enfin comment ça se fait que...

- Thibault te racontera ça

il sait tout de moi.

Je suis lasse de cette histoire

de ces larmes, de ce foutoir.

Faisons la sortir d'ici

et revoir son bel-ami.


- Je vais voir ce que je peux faire. En attendant fais ce que tu sais faire de mieux.

À part tuer je présume

je resterai dans la brume.

À guetter, observer, surveiller

qu'on ne fasse rien à ma protégée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires.forumactif.org
 
♠ Une lueur dans les ténèbres ♠
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Lovecraft, H.P] Celui qui chuchotait dans les ténèbres
» [Lettres de Sang 5] Une Lueur dans l' obscurité
» La nuit /Arabesque/ Lenoir
» Une lueur dans la nuit..
» AT n° 9 : Et ils tombèrent dans les ténèbres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires de Dollz :: Les Histoires :: Histoire d'Amélie (folle-schizo)-
Sauter vers: