Histoires de Dollz

Ici sont regroupées les histoires que j'écris sur OMD et d'autres qui me viennent en tête.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ♠ Petite leçon ♠

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gothikadoll
Admin
avatar

Messages : 665
Date d'inscription : 07/02/2014
Age : 25

MessageSujet: ♠ Petite leçon ♠   Dim 9 Mar - 19:13

La demande de Thibault resta en suspend pendant le temps de bug que j'ai eu avant de comprendre qu'il était vraiment sérieux. C'est avec une larme à l’œil que je répondis d'un signe de tête et me jetai dans ses bras. Un soupir me sorti de ce paradis à peine formé, Sandra avait ramené Annabelle et toutes les deux nous regardaient comme si on leur avait fait du tord.

- Décidément tu te prends vraiment pour la reine ici.

- Vous n'êtes que des invités c'est pas la peine de vous attirer toute la lumière.

Sortir des bras de Thibault ne fut pas chose aisée

mais il fallait faire taire ces deux poupées.

- Notre bonheur serait-il un frein au votre ?

Si c'est le cas discutons-en

avant que le malheur soit vraiment votre

à finir dans un trou béant.


- C'est quoi cette façon de parler ?

- C'est Amélie chère cousine. Il semblerait que votre façon de vous comporter l'ait énervée.

- Énervée ? Pour si peu ?

C'est vrai qu'elles pourraient faire mieux.

Le fait qu'on soient des invités ne devrait pas nous empêcher de vivre notre vie.

Et de toute façon vous non plus ne vivez pas ici.

Pas à temps plein en tout cas.

Cette tirade en double voix semble avoir calmé les deux princesses, en tout cas elles sont restées bouche bée devant moi. Annabelle s'est même mise discrètement un peu derrière sa cadette. Le temps a semblé suspendu pendant un moment avant que Sandra ne souffla de mépris et parti de la cuisine, laissant au passage sa benjamine en plan devant moi. Voyant ce courage soudain couler dans les veines de sa petite soeur face à ma réaction Ambre rigola et se leva pour ranger les plats. Quant-à Thibault et Sally, tous les deux assis désormais, ils se regardaient avec un air amusé. Il ne me restait plus qu'à nettoyer ma bague et à vivre ma vie comme bon me semblait avec mon homme. Déjà profitons de la journée.
Ambre me fit faire le tour complet du domaine et ça pour marcher j'ai du marcher au moins 15 kilomètres. Elle n'a rien à envier au châteaux de la Loire niveau terrain et l'extérieur est au moins aussi beau que l'intérieur. De la forêt, un petit lac, des hectares de clairière et des animaux à en perdre le compte : renards, perdrix, paons, lapins, buses, cerfs, daims, je crois même avoir entre aperçu un jeune loup derrière la balancelle. Quant-à l'intérieur de l'habitat tout avait été fini d'être rénové de la bibliothèque - comme je l'avais déjà constaté la veille - à la cave en remontant par les combles. Et tout avait été reconstruit fidèle à la bâtisse d'origine, ce qui faisait de ce château un véritable château de la renaissance, un château de contes de fée. C'était à croire que....

- Chaque étage est inspiré d'un conte non ?

Ambre rit avant de me répondre par la positive. Chaque étage et chaque aile avait en effet pris inspiration dans les contes féeriques. L'étage de la bibliothèque, là où nous avions mangé la veille au soir, s'inspirait de la Belle et la Bête, l'étage de la cuisine de Blanche neige, les combles de Cendrillon, le rez de chaussé de Cendrillon toujours mais son château cette fois, l'aile nord de la Belle au bois dormant. C'est assez amusant de voir comment elle avait tout arrangé parallélisme des histoire avec l'architecture, clins d’œil dans l'utilisation des ailes, utiliser la Belle au bois dormant pour inspirer une aile servant principalement à la couture c'est ironique. C'est d'ailleurs dans cette aile qu'elle me laissa pour repartir à son travail de costumière, commandes à faire pour elle et moi visite terminée. Je repartis donc dans le bâtiment principal pour retourner dans le parc. Au bord du lac, à l'ombre des arbres, les deux petites pestes cherchaient querelle à Sally. Ses cartes de tarot par terre, la table renversée et elle par terre, calme en apparence, à ramasser le tout devant ses cousines qui lui lançaient des piques plutôt blessantes.

Ce fut trop à supporter,

j'ai juste promis de ne pas blesser

après tout elles savent nager non ?

Alors qu'une aille faire rire les poissons.


- Nan mais ça va pas ? T'es malade ou quoi ?

- C'est drôle que tu en parles je pensais que tu le savais. Il faut croire que vous commencez à taper sur les nerfs de mon autre moi. Ça va aller Sally ?

Cette dernière ne répondit pas tout de suite, trop occupée à regarder sa cousine se débattre ridiculement dans le mètre d'eau qu'il y avait là où mon autre moi l'avait poussée. Je ramassai donc les quelques cartes qui restaient par terre et les lui tendis.

- Oh merci. Ça va aller mais merci à vous pour l'intervention.

"Ça va aller" dis-tu ?

Alors pourquoi pleures-tu ?


- Si tu le dis. Annabelle c'est ça ? Tu sais te débattre est inutile tu ne vas pas te noyer là.

Ma remarque souleva le ridicule de sa réaction et la fit s'arrêter, me regarder, se lever et partir la tête relevée en signe de mépris. Autant être méprisée par un persan qui revient de dehors par jour de pluie intense c'est moins ridicule. Mais je pense qu'on risque de payer ce bain forcé. Elles ne peuvent me dépasser. Ça oui je le sais bien.
En fin de compte on a passé un bon moment sans entendre parler des deux pestes. Du moins pas directement. Thibault a eu le bonheur de recevoir une pique pendant qu'il discutait avec Fred de notre passé commun, Ambre a eu droit à l'histoire du bain mais Sally et moi on était pour le moins évitées. Jusqu'au repas du soir en tout cas. C'est le hurlement de Sally qui nous a tous mis sur la voie, ses affaires avaient été saccagées, un de ses livres à moitié déchiré, ses cartes encore une fois éparpillées par terre mais cette fois on avait versé dessus l'eau d'un vase et les fleurs qu'il y avait avec. Sally était à quatre pattes et les larmes aux yeux devant ce spectacle à essayer de voir comment réparer les dégâts. Ses trois cousines sont arrivées en même temps, Ambre eut un air horrifié sur le visage et s'approcha d'elle pour la prendre dans ses bras. Au moment où je me penchais pour ramasser les cartes de tarot, les deux autres eurent un petit ricanement et Annabelle dit :

- Alors ça fait quoi de prendre une douche froide ?

Un violent mal de crâne me pris soudainement, afin de calmer mon autre moi, et moi par la même occasion, je respirait un grand coup mais ce fut inutile quand je vis la carte que j'avais en main : la justice.

Carte en main je nous ai relevées

et sur le bureau l'ai posée.

Un sécateur ? Ça sera parfait

pour leur faire payer ce méfait.

Jeune Annabelle tu as voulu joué

mais nous ne sommes pas

de la même cours de récré

je vais te montrer pourquoi.


- Hé tu fais quoi la tarée ?

- Je vais te donner une raison

de demander pardon.


- Et pourquoi Annabelle devrait s'excuser ? C'est vous qui avez commencé......

- Ne m'énerve pas toi.

Tu ne vois pas pourquoi ?

Pourquoi je nuis suis guère étonnée ?

Je ne vous tuerai pas je l'ai juré.

Mais il y a une chose à savoir

l'immunité n'est qu'illusoire.

Maintenant ma très chère

tu dois faire un choix

ta langue de vipère

ou tu préfères les doigts ?


- Naaaan nan lâche-moi lâche-moi laaa....

- Si tu ne réponds pas

alors ne parle pas.


- Désolée désolée désolée lâche la je t'en prie lâche ma sœur !

- Tu te mêles de ses choix ?

Sally tu en penses quoi ?


- Je pense que tu leur as fait assez peur pour qu'elles comprennent.

Je la lâche dans ce cas

mais pas sans souvenir de ça


- Haaaaaa !!!

- Annabelle !!

- Tant de bruit pour ça

au moins tu te souviendras.


- T'es complètement ..........

- Tu connais la réponse maintenant

tu as donc tant peur de si peu de sang ?


- Elle m'a...... elle m'a.........

- Viens on s'en va je vais te soigner ça.

Sally souriait à nouveau un peu quand je repris le contrôle d'une bonne partie de mon corps. Dont ma main droite avec un sécateur et du sang dessus, sécateur que je laissais tomber avec un sursaut.

- Ne t'inquiète pas ma chérie elle n'a pas une blessure digne d'un mélodrame à tendance yakuza. Amélie lui a juste tranché ses empreintes digitales.

Le reste de la soirée fut riche en excuses de la part de mon autre personnalité, tant pour moi que pour Sally que pour les autres. Ambre car elle avait quand même coupé un bout de doigt à une de ses sœurs, Thibault pour lui avoir montré cette partie de nous en live, Fred pour ce qui s'était passé avec Sophie et Clarisse et Sally pour n'avoir pu l'aider véritablement. Des excuses finalement balayées d'une main pour tous les destinataires qui ne lui en voulait pas chacun à leur façon. Le broiement que j'ai eu au cœur à leur réponse collective est indescriptible, j'ai eu du mal à retenir ses larmes mais je n'ai pas pu l'empêcher de serrer les dents alors je lui ai laissé le champ libre.

C'est la première fois

que je ressentais ça.

Les larmes n'arrêtaient pas de couler

je ne pouvais plus respirer.

Ils ne m'en voulaient pas

Thibault me pris dans ses bras,

Sally et les autres approchèrent

et tous ensembles il me serrèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoires.forumactif.org
 
♠ Petite leçon ♠
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoires de Dollz :: Les Histoires :: Histoire d'Amélie (folle-schizo)-
Sauter vers: